A l’OpenMind Kfé, une réunion bien préparée est souvent un gage de réussite. Afin de mener à bien une réunion il faut se poser quelques questions essentielles à son bon déroulé : quel est l’objectif de cette réunion ? comment l’atteindre ? quel sera le livrable ? qui sont les participants ? et quel est le temps imparti ?

Comment atteindre l’objectif de la réunion ?

Pour répondre à cette question, de nombreuses techniques existent et permettent d’aborder gestion de projet, émergence d’idées, créativité, résolution des problèmes, etc. Chaque vendredi, OpenMind Kfé met en avant sur ses réseaux sociaux une technique, un canevas, une méthode pour vous aider à aborder autrement vos réunions.

Chaque mois, nous publierons dans un billet les techniques découvertes les semaines précédentes.

Ce mois ci : Le Creative Problem Solving, La méthode des 6 chapeaux, La carte d’empathie.


Le Creative Problem Solving

est une méthode imaginée pour aider les créatifs en panne d’inspiration. Théorisée par Sidney Parnes, elle est devenue un outil pour résoudre des problèmes, innover, gérer des projets.

Les grandes étapes du Creative Problem Solving sont la clarification de l’objectif, la recherche de solutions et la préparation à l’action. Pour cela, on aborde chaque sujet (les besoins, les données, les objectifs, les  nouvelles idées, les critères d’appréciation, les solutions et le llan d’action) en deux temps. « Chaque étape du CPS est comme une grande respiration. D’abord l’inspiration avec la large récolte, puis l’expiration avec le filtrage pour garder ce qui est bénéfique. » A l’inspiration (divergence), on suspend le jugement, on vise la qualité par la quantité, on cherche les idées inédites, on combine les idées, et enfin, on note tout. A l’expiration (convergence), on se réfère aux objectifs, on améliore les idées, on juge de façon constructive, on cherche l’inédit et on est déterminé.

cps_diagram


La méthode des 6 chapeaux

est une technique de résolution des problèmes qui permet de faire émerger des solutions en évitant l’auto-censure.  Issue du livre du même nom écrit par Edward de Bono en 2005, elle est applicable en groupe ou de manière individuelle.  Pour cela, le participant met successivement des chapeaux de couleurs différentes qui sont autant de manière d’aborder le problème. Cela permet de séquencer la pensée sans en perdre une miette qui pourrait provoquer l’étincelle créative déconcertante, de partager en groupe tous les aspects du problème et de trouver une réponse collective « neutre ».

Les chapeaux représentent tous un mode de pensée :

  • Chapeau blanc – La neutralité, la froideur, le minimalisme : énonciation des faits purement et simplement.
  • Chapeau rouge – La critique émotionnelle, le feu, la passion, l’intuition : partage des informations teintées d’émotions, de sentiments.
  • Chapeau noir – La critique négative : objections, dangers et risques inhérents au sujet.
  • Chapeau jaune – La critique positive, l’optimisme : les rêves et les idées les folles à mettre en action.
  • Chapeau vert- La créativité : recherche de solutions de rechange, d’inspirations, d’idées nouvelles.
  • Chapeau bleu – L’organisation : canalisation des idées en plan d’action

6 chapeaux


La carte d’empathie

est une méthode permettant de concevoir un produit ou de définir un profil client grâce aux cinq sens. Comme la vision est le sens le plus dominant, les offres ont tendance à être pensées et conçues avec des visuels prédominants au détriment de l’expérience. En parcourant les 4 autres sens, la carte d’empathie révèle les besoins cachés et le processus cognitif du client ou de l’utilisateur. Une sixième partie, « Penser », permet de récolter les pensées positives et négatives. L’avantage de ce canevas est sa souplesse : chaque sens peut être utilisé en fonction de l’objectif de travail. Par exemple, « Voir » peut vous permettre de décrire l’expérience visuelle face à un produit ou d’étudier l’environnement du client (concurrents, partenaires, clients, autres offres disponibles, etc.).

Empathy-Map-01-1024x1024