Visuels-tribune

La Révolution passe aussi par les espaces de formation !

Suite au lancement du CPA (Compte personnel d’activité) qui intègre désormais le CPF (Compte personnel de formation), la formation professionnelle a commencé sa mue, qui devrait être largement accélérée par la réforme annoncée par le gouvernement pour cet automne. Dotation de 15 milliards d’euros pour les 5 ans à venir, accent mis sur l’employabilité des jeunes et des travailleurs peu qualifiés, élargissement des formations éligibles, accès direct aux organismes de formation et refonte du rôle des OPCA, le programme affiché a de l’ampleur et de l’ambition. Mais la tâche à accomplir est immense : réduire le chômage en dotant de compétences désirables les demandeurs d’emploi et outiller les actifs pour faire face aux défis de la mondialisation et de la révolution digitale.

Dans un monde en mutation accélérée, il ne s’agit finalement pas tant d’intégrer des connaissances précises (hard knowledge) que d’apprendre à apprendre, à gérer l’incertitude et à développer son agilité. La réforme de la formation professionnelle devra être le reflet des nouvelles manières de travailler. Elle devra favoriser l’innovation pour mieux préparer chacun au monde qui vient.

Etre formé dans un lieu innovant permet de vivre une véritable expérience

Parmi les grands axes annoncés de cette réforme, on compte le budget, les acteurs du secteur, le contenu des apprentissages et la qualification des formateurs. Un élément est oublié : les lieux de formation. Or, leur impact n’est plus à démontrer. De leur aménagement à l’état d’esprit qu’ils incarnent, les espaces de travail sont les facilitateurs (ou les freins) de notre performance. Les entreprises l’ont bien compris et repensent massivement leurs bureaux afin de les adapter aux nouvelles pratiques (nomadisme, télétravail, outils digitaux) et de les transformer en espaces à vivre, correspondant ainsi aux aspirations des jeunes générations.

Pour bien travailler ou bien se former, les pré requis sont similaires : lumière naturelle, convivialité, outils adaptés, etc. La modularité est aussi clé car elle permet de faciliter les différentes phases d’apprentissage : écoute, échanges, expérimentation, concentration, jeu… Pour chacun de ces états, les neurosciences ont identifié des éléments facilitants : les couleurs, la hauteur sous plafond, les formes du mobilier… Rajoutez à cela un environnement bienveillant, des services chaleureux et des rencontres inspirantes et motivation et efficacité sont boostées. Etre formé dans un lieu innovant permet de vivre une véritable expérience qui va marquer l’apprenant et lui permettre ainsi de s’approprier les valeurs d’ouverture et de créativité indispensables à l’évolution de son parcours professionnel.

L’enjeu crucial de la réforme de la formation : redonner une place à des individus qui ne la trouvent pas ou plus

Et cela est d’autant plus vrai que l’on s’adresse à des personnes éloignées du marché du travail ou à des salariés peu qualifiés qui ont rarement accès aux espaces premium des entreprises. Le témoignage de l’association La Tortue Bleue va dans ce sens : les ateliers rassemblant des chômeurs de longue durée pour les coacher dans leur communication et les réinsérer dans le monde du travail ont régulièrement lieu dans un espace de co-meeting. Les participants sont heureux d’être accueillis dans un tel lieu et reprennent confiance dans un environnement collaboratif et positif. Et c’est bien là un enjeu crucial de la réforme de la formation : redonner une place à des individus qui ne la trouvent pas ou plus, s’adresser à chacun et assurer l’égalité des chances via l’égalité d’accès à une formation de qualité et un environnement porteur.

A ce titre, la réforme devra aussi impliquer les associations et fondations qui mènent un travail essentiel de réinsertion et de formation sur le terrain. Pour ces acteurs, l’accès à des lieux inspirants est souvent impossible pour des raisons budgétaires. Certaines solutions s’inventent néanmoins et des expérimentations voient le jour pour accueillir des associations et des startups gratuitement ou à des tarifs adaptés.

Un label pour poser les conditions de l’excellence et de la qualité d’accueil des participants

De nombreux lieux inspirants et innovants existent. La réforme de la formation devra faire en sorte qu’ils soient accessibles aux organismes de formation, mais aussi que les lieux de formation soient repensés pour devenir de véritables écrins favorisant l’apprentissage et la motivation. Ainsi, de même que les organismes de formation vont se voir labellisés, la création d’un label pour les lieux de formation innovants et ouverts à tous serait une mesure positive pour l’ensemble de l’écosystème, des participants aux formateurs en passant par les gestionnaires de lieux qui verraient leurs espaces valorisés et seraient invités à améliorer leurs prestations. Le label détaillerait ses critères d’attribution (dimensions de l’espace, aménagement et mobilier adapté, outils mis à disposition, pédagogie de l’innovation, démarche sociale et solidaire pour 30% du temps d’ouverture…) et pourrait être doté d’un budget ou d’une mission d’animation du réseau. Un label poserait ainsi les conditions de l’excellence et de la qualité d’accueil des participants. De cette manière, les salles de réunions et les hôtels ne seront plus seulement appréciés pour le moelleux de leurs fauteuils. Les centres des congrès seront moins vides, car ils développeront leur attractivité en étant capables de créer les conditions du travail collaboratif, de l’apprentissage et d’une meilleure compréhension des nouveaux métiers. De même, les centres de formations techniques nécessitant outils et équipement particuliers (machines, matériaux dangereux, plein air…) pourront être labélisés dans la mesure où ils intègrent à leur modèle une ouverture solidaire et un état d’esprit positif, déclinés en pédagogie agile.

L’enjeu est de taille : ramener la pleine employabilité en France. Pour cela, la France a de nombreux atouts qu’il faut valoriser et des solutions immédiates à inventer. Parmi les atouts, l’existence d’un bon maillage de lieux événementiels et corporate. Faire évoluer ces lieux pour qu’ils soient des espaces d’apprentissage innovants et ouverts est une solution créatrice de valeur pour la formation comme pour tout l’écosystème événementiel et patrimonial français, sans oublier chaque actif qui envisagera sa formation comme une expérience positive et transformatrice. L’automne pointe le bout de son nez, et avec lui la réforme annoncée. Cher gouvernement, voici une idée avant de nous la présenter.

Xavier Ginoux, fondateur des Openmind Kfé